En choisissant la relation d’aide, je savais que je choisissais aussi d’intervenir auprès de clientèles ayant une faible estime de soi. Pendant toutes mes études universitaires et mes premières années d’intervenante, le mot d’ordre était renforcement positif! Soulignez les bons points, félicitez l’amélioration d’un comportement, travaillez avec les forces du client, offrez-lui des messages cadeaux aussi souvent que possible! Force est de constater, cependant, que cela s’avérait souvent négatif. À peine le bon mot dit, le renforcement positif offert mon client souvent, trop souvent, semblait perdre ses acquis, ses bons comportements.

Pourquoi? Difficile d’y répondre simplement. Pourtant, si cela fonctionnait vraiment nos écoles, avec tout le système mis en place pour récompenser l’élève de ses efforts, n’auraient plus de difficultés à les motiver à s’améliorer. La gestion du personnel orientée vers l’acquisition de bonus à la performance serait simplifiée. Et votre client, après lui avoir souligné votre appréciation de ses efforts, ne retomberait pas dans ses anciens comportements. En fait, la punition, la coercition, les menaces sous toutes ses formes, la critique ou la promesse d’une récompense, le renforcement positif ne sont qu’une seule et même chose! Une tentative de notre part de contrôler le comportement de l’autre.

Alfie Kohn, dans son livre intitulé Punished by Rewards, souligne les effets pernicieux du renforcement positif. Utiliser le renforcement positif pour inciter notre client à être plus « aimable », à modifier son comportement a comme impact que celui-ci devient moins coopératif et généreux avec ses pairs! Cette gratification de notre part n’aide pas notre client à devenir plus responsable; tout au plus, elle lui apprend à être conformiste pour le temps que nous passerons avec lui. Chez certains d’entre eux votre évaluation de leur performance devient même l’objectif à atteindre et crée ainsi une dépendance envers vous.

Que faire, alors? Remplacez, aussi souvent que possible, vos affirmations positives telles que, bravo, super, tu es bon et capable par des questions telles que; Es-tu satisfait? As-tu éprouvé de la difficulté à réaliser cela? Si tu avais à le refaire que ferais-tu de différent? Qu’as-tu appris de cette situation? Ainsi vous permettez à votre client de réfléchir par lui-même à l’impact de ses choix. Les clients finissent par se sentir contrôlés (perte de Pouvoir et de Liberté) si l’évaluation, même positive, provient de l’intervenant. Ils se sentent moins autonomes, ce qui peut interférer avec leurs performances. Remplacez aussi souvent que possible le renforcement positif par l’autoévaluation.

Rappelez-vous cependant que, si le renforcement positif a pour but la modification de comportement, le compliment qui vient du cœur, lui vise simplement à exprimer un plaisir! Les clients ont aussi besoin, tout comme vous, de reconnaissance. N’hésitez pas à l’utiliser après son autoévalution.

Crédit image: David Castillo Dominici / FreeDigitalPhotos.net